Modèle IS-LM : qu’est-ce que c’est, courbes IS et LM, caractéristiques, limites

Qu’est-ce que le modèle IS-LM ?

Le modèle IS-LM, qui signifie “investissement-épargne” (IS) et “liquidité préférence-offre de monnaie” (LM), est un modèle macroéconomique keynésien qui montre comment le marché des biens économiques (IS) interagit avec le marché. de fonds prêtables. (LM) ou marché monétaire. Il est représenté sous la forme d’un graphique dans lequel les courbes IS et LM se croisent pour montrer l’équilibre à court terme entre les taux d’intérêt et la production.

Points clés à retenir

  • Le modèle IS-LM décrit comment les marchés agrégés des biens réels et les marchés financiers interagissent pour équilibrer le taux d’intérêt et la production totale dans la macroéconomie.
  • IS-LM signifie “Investissement Épargne-Préférence de Liquidité-Offre Monétaire”.
  • Le modèle a été conçu comme une représentation graphique formelle d’un principe de la théorie économique keynésienne.
  • Sur le graphique IS-LM, “IS” représente une courbe tandis que “LM” représente une autre courbe.
  • IS-LM peut être utilisé pour décrire comment les changements dans les préférences du marché modifient les niveaux d’équilibre du produit intérieur brut (PIB) et des taux d’intérêt du marché.
  • Le modèle IS-LM manque de précision et de réalisme pour être un outil de prescription utile pour la politique économique.

Comprendre le modèle IS-LM

L’économiste britannique John Hicks a introduit le modèle IS-LM pour la première fois en 1936, quelques mois seulement après que son collègue économiste britannique John Maynard Keynes a publié “The General Theory of Employment, Interest, and Money”. Le modèle de Hicks a servi de représentation graphique formalisée des théories de Keynes, bien qu’aujourd’hui il soit principalement utilisé comme dispositif heuristique.

Les trois variables exogènes critiques, c’est-à-dire externes, dans le modèle IS-LM sont la liquidité, l’investissement et la consommation. Selon la théorie, la liquidité est déterminée par la taille et la vitesse de la masse monétaire. Les niveaux d’investissement et de consommation sont déterminés par les décisions marginales des acteurs individuels.

Le graphique IS-LM examine la relation entre la production ou le produit intérieur brut (PIB) et les taux d’intérêt. Toute l’économie est réduite à deux marchés seulement, la production et l’argent ; et leurs caractéristiques respectives d’offre et de demande poussent l’économie vers un point d’équilibre.

Caractéristiques de la carte IS-LM

Le graphique IS-LM se compose de deux courbes, IS et LM. Le produit intérieur brut (PIB), ou (Y), est placé sur l’axe horizontal, augmentant vers la droite. Le taux d’intérêt, ou (io R), constitue l’axe vertical.

La courbe IS représente l’ensemble de tous les niveaux de taux d’intérêt et de production (PIB) auxquels l’investissement total (I) est égal à l’épargne totale (S). À des taux d’intérêt plus bas, l’investissement est plus élevé, ce qui se traduit par une production totale (PIB) plus élevée, de sorte que la courbe IS s’incline vers le bas et vers la droite.

La courbe LM représente l’ensemble de tous les niveaux de revenu (PIB) et de taux d’intérêt auxquels la masse monétaire est égale à la demande de monnaie (liquidité). La courbe LM est en pente ascendante parce que des niveaux de revenu (PIB) plus élevés induisent une plus grande demande pour détenir des soldes monétaires pour les transactions, ce qui nécessite un taux d’intérêt plus élevé pour maintenir la masse monétaire et la demande de liquidités en équilibre.

L’intersection des courbes IS et LM montre le point d’équilibre des taux d’intérêt et de la production lorsque les marchés monétaires et l’économie réelle sont en équilibre. Plusieurs scénarios ou points dans le temps peuvent être représentés en ajoutant des courbes IS et LM supplémentaires.

Dans certaines versions du graphique, les courbes présentent une convexité ou une concavité limitée. Les changements dans la position et la forme des courbes IS et LM, qui représentent l’évolution des préférences pour la liquidité, l’investissement et la consommation, modifient les niveaux d’équilibre des revenus et des taux d’intérêt.

Limites du modèle IS-LM

De nombreux économistes, dont de nombreux keynésiens, s’opposent au modèle IS-LM pour ses hypothèses simplistes et irréalistes sur la macroéconomie. En effet, Hicks a admis plus tard que les défauts du modèle étaient fatals et qu’il était probablement préférable de l’utiliser comme “un appareil de classe, à remplacer, plus tard, par quelque chose de mieux”. Des révisions ultérieures ont été faites pour les soi-disant “nouveaux cadres IS-LM” ou “optimisés”.

Le modèle est un outil politique limité, car il ne peut pas expliquer comment les politiques fiscales ou de dépenses doivent être formulées avec une quelconque spécificité. Cela limite considérablement son attrait fonctionnel. Il a très peu à dire sur l’inflation, les attentes rationnelles ou les marchés internationaux, bien que les modèles ultérieurs tentent d’incorporer ces idées. Le modèle ignore également la formation de capital et la productivité du travail.