Quelles sont les méthodes utilisées pour blanchir de l’argent ?

Qu’est-ce que le blanchiment d’argent ?

Le blanchiment d’argent est le processus consistant à gagner illégalement une grosse somme d’argent et à la cacher pour faire croire qu’elle a été générée à partir de sources légitimes. L’argent provient généralement d’activités telles que le trafic de drogue et le trafic sexuel, les activités terroristes et d’autres moyens illicites. Il est considéré comme sale et lavé pour donner l’impression qu’il provient d’une ou plusieurs sources légales. Le blanchiment d’argent est un crime grave passible de peines sévères, y compris des peines d’emprisonnement.

Trois étapes sont utilisées pour dissimuler la source de l’argent gagné illégalement et le rendre utilisable :

  • Placement : L’argent est introduit dans le système financier, généralement en le divisant en de nombreux dépôts et investissements différents.
  • Couches : l’argent est mélangé pour créer une distance entre lui et les auteurs.
  • Intégration : l’argent est ensuite restitué aux auteurs sous forme de revenu légitime ou d’argent propre.

Maintenant que nous vous avons aidé à comprendre les bases du blanchiment d’argent, voyons comment reconnaître si l’argent a été gagné de manière légitime ou s’il a été généré à partir de sources illégales. Nous avons mis en évidence les méthodes de lavage et comment l’ère numérique influence ces schémas.

Points clés à retenir

  • Le blanchiment d’argent consiste à dissimuler de grandes quantités d’argent obtenu illégalement afin qu’il semble avoir été généré de manière légitime.
  • Le blanchiment d’argent est un crime grave passible de peines sévères, y compris des peines d’emprisonnement.
  • Les fraudeurs utilisent souvent des schtroumpfs, des mules et des coquillages pour jouer, superposer et intégrer leur argent dans le système financier.
  • L’ère numérique aide les blanchisseurs d’argent à ne pas être détectés et à avoir une longueur d’avance sur les autorités financières.
  • Les institutions financières, les entreprises, leurs employés et d’autres peuvent aider à lutter contre le blanchiment d’argent en adhérant à la lutte contre le blanchiment d’argent et à d’autres politiques, telles que des protocoles d’identification stricts.

Schtroumpfs, mulets et coquillages

Les blanchisseurs d’argent utilisent souvent des méthodes pour éviter d’être détectés et cacher les véritables sources d’où provient réellement votre argent. Certaines des méthodes les plus courantes sont décrites ci-dessous.

Schtroumpfs

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, cela n’a rien à voir avec les dessins animés classiques pour enfants. Schtroumpf est le terme utilisé pour décrire un blanchisseur d’argent qui veut éviter l’examen du gouvernement. Pour ce faire, ils utilisent les étapes de placement, de superposition et d’intégration pour cacher l’argent. De grosses sommes d’argent sont déposées dans différentes banques par le biais de petites transactions.

Les institutions financières sont tenues de déclarer les dépôts importants supérieurs à 10 000 $ ou ceux qu’elles considèrent comme suspects aux autorités et aux régulateurs financiers. En déposant de plus petites sommes d’argent ou en faisant des schtroumpfs, les blanchisseurs d’argent peuvent passer inaperçus et faire croire que l’argent qu’ils déposent est d’origine légitime.

mules

Les mules sont des individus qui sont embauchés par des blanchisseurs d’argent pour les aider à mener à bien leurs stratagèmes de blanchiment. Les mules de l’argent sont comme des mules de la drogue, elles peuvent être impliquées dans le stratagème ou peuvent être recrutées sans le savoir. Mais au lieu de faire de la contrebande de drogue, ces individus transportent de l’argent.

Les personnes recrutées sont généralement approchées par des blanchisseurs d’argent et n’ont souvent aucune connaissance du dispositif. Ils peuvent être attirés en leur promettant des emplois qui leur rapporteront de grosses sommes d’argent en retour. Les criminels ciblent souvent des personnes qui passent généralement inaperçues, y compris celles qui n’ont pas de casier judiciaire ou celles qui sont financièrement vulnérables.

L’une des responsabilités de la mule est d’ouvrir des comptes bancaires et d’y déposer de l’argent. Les blanchisseurs d’argent commencent alors à effectuer des virements électroniques et à utiliser des devises étrangères pour faire passer l’argent dans le système financier afin d’éviter d’être davantage détectés.

coquilles

Les sociétés écrans ou écrans sont des entreprises qui n’ont pas d’activités ou d’opérations commerciales, d’opérations physiques, d’actifs ou d’employés. De nombreux écrans sont des entités commerciales légitimes utilisées pour lever des fonds et financer les opérations d’une nouvelle entreprise ou pour gérer une fusion ou une acquisition.

Mais d’autres cas impliquent la création de masques par des escrocs qui veulent cacher des activités illégales et/ou éviter de payer des impôts. De nombreuses personnes le font en créant des sociétés écrans dans des juridictions qui garantissent l’anonymat, leur permettant d’effectuer des dépôts et de transférer de l’argent sur différents comptes. Les coquillages permettent également aux gens d’éviter de déclarer leurs revenus et de payer des impôts aux autorités telles que l’Internal Revenue Service (IRS).

Autres méthodes

En plus d’essayer de dissimuler de l’argent par le biais de dépôts et d’entreprises, les blanchisseurs d’argent choisissent également d’éviter d’être détectés en :

  • Investissez dans des produits mobiles, tels que des pierres précieuses et de l’or, qui peuvent être facilement transférés vers d’autres juridictions
  • Investissez et vendez discrètement des actifs de valeur comme l’immobilier
  • Jouer
  • falsification

La peine maximale pour blanchiment d’argent est de 500 000 $ ou le double de la valeur des biens impliqués dans la transaction (selon la valeur la plus élevée), ou une peine maximale de 20 ans de prison, ou les deux.

Le blanchiment d’argent à l’ère numérique

Bien que les méthodes énumérées ci-dessus soient encore courantes, les blanchisseurs d’argent trouvent souvent des moyens modernes d’opérer, donnant une nouvelle tournure à l’ancien crime en utilisant Internet pour éviter d’être détectés.

Un élément clé du blanchiment d’argent passe inaperçu. L’utilisation d’Internet permet aux blanchisseurs d’argent d’éviter facilement d’être détectés. L’essor des institutions bancaires en ligne, des services de paiement en ligne anonymes, des transferts entre pairs via les téléphones mobiles et l’utilisation de monnaies virtuelles telles que Bitcoin rendent la détection des transferts d’argent illégaux de plus en plus difficile.

Voici quelques façons dont la technologie aide à promouvoir les activités de blanchiment d’argent :

  • L’utilisation de serveurs proxy et de logiciels d’anonymisation. Ces outils rendent l’intégration presque impossible à détecter car l’argent peut être transféré ou retiré avec peu ou pas de trace d’adresse IP.
  • L’argent peut être blanchi par le biais d’enchères et de ventes en ligne, de sites de jeux d’argent et même de sites de jeux virtuels. L’argent obtenu illégalement est converti dans la devise utilisée sur ces sites, puis retransféré en argent propre réel, utilisable et introuvable.
  • Une variante des escroqueries par hameçonnage pour le compte bancaire d’une victime. Les escrocs escroquent les victimes sous prétexte de déposer un gain de loterie fictif ou un héritage international. Au lieu de cela, ils effectuent plusieurs dépôts sur le compte en stipulant qu’une partie de l’argent doit être transférée sur un autre compte.

Certaines des plus grandes banques du monde ont été impliquées dans des stratagèmes de blanchiment d’argent, notamment HSBC, Wachovia et Standard Chartered.

Détection numérique du blanchiment d’argent

Les régulateurs financiers ont des politiques de lutte contre le blanchiment d’argent (AML). Les banques et autres institutions financières doivent se conformer à ces procédures pour garantir un système sécurisé, où les activités criminelles sont détectées et signalées aux autorités.

Par exemple, les banques sont tenues de signaler les dépôts importants de plus de 10 000 $ et toute activité suspecte ayant lieu sur le compte d’une personne ou d’une société, y compris les dépôts multiples, les virements électroniques fréquents, les échanges de devises, etc. Certaines de ces lois s’avèrent plus lentes à rattraper ces crimes numériques.

La cybercriminalité est devenue une priorité absolue pour le Financial Crimes Enforcement Network (FinCEN) du Département du Trésor. Dans une note de juin 2021, l’agence a souligné la menace croissante de blanchiment d’argent provenant des crypto-monnaies et des cyberattaques telles que les ransomwares qui peuvent illégalement canaliser des fonds numériques à l’étranger.

Certaines des mesures que les institutions financières, leurs employés et d’autres peuvent prendre pour détecter le blanchiment numérique comprennent :

  • Montage des détails des réseaux de mules possibles et connus
  • Surveillance des transactions à volume élevé et suspectes
  • Veiller à ce que les protocoles Know Your Client (KYC) soient régulièrement respectés
  • Vérification des fonds, y compris leurs sources et leurs bénéficiaires
  • Établir des procédures d’identification strictes avant d’autoriser (certaines) transactions en ligne

Certains pays sont même allés plus loin en interdisant certaines pratiques, comme l’utilisation des crypto-monnaies. Bien que les investisseurs et les conseillers soient convaincus que l’utilisation des monnaies numériques est très complexe, certains régulateurs financiers affirment qu’ils peuvent démanteler le système financier mondial. Mais des changements ont été apportés pour augmenter le niveau de transparence lié aux crypto-monnaies, dont beaucoup offrent l’anonymat aux utilisateurs en raison de la façon dont elles sont traitées et échangées.

Quelles sont les étapes du blanchiment d’argent ?

Il existe trois étapes communes au blanchiment d’argent. Le premier est appelé placement, où les fraudeurs introduisent d’abord de l’argent provenant d’activités illégales dans le système financier. Pour ce faire, ils divisent de gros montants en dépôts plus petits dans plusieurs comptes bancaires.

La deuxième étape est la stratification, qui consiste à éloigner l’argent des fraudeurs.

La dernière étape est appelée intégration, où l’argent est restitué aux auteurs en tant qu’argent propre.

Quels sont les moyens courants de blanchir de l’argent ?

Formes traditionnelles de blanchiment d’argent, y compris le schtroumpf, l’utilisation de mules et l’ouverture de sociétés écrans. D’autres méthodes incluent l’achat et la vente de matières premières, l’investissement dans divers actifs tels que l’immobilier, le jeu et la contrefaçon. L’essor de la technologie numérique facilite également le blanchiment d’argent électronique.

Qu’est-ce que l’arnaque Wash Wash ?

L’escroquerie de lavage de lavage est un stratagème couramment utilisé par les escrocs qui incitent les victimes à promettre de grosses sommes d’argent en échange du nettoyage de l’argent sale. Les victimes reçoivent des faux billets se faisant passer pour de vrais teints. L’escroc promet à ses victimes une grosse réduction si elles paient une certaine redevance et achètent un nettoyant spécial. Les escrocs ciblent souvent des personnes financièrement vulnérables et le stratagème est également appelé arnaque à l’argent noir ou au dollar noir.

La ligne du bas

Le fait de cacher de l’argent remonte à des milliers d’années, et c’est dans la nature des blanchisseurs d’argent d’essayer de passer inaperçus en changeant leur approche, en gardant une longueur d’avance sur les forces de l’ordre, tout comme les organisations gouvernementales internationales travaillent ensemble pour trouver de nouvelles façons de repérer leur.